Jean_Christophe_Picarddef2Ca commence bien! Après sa démission forcée du gouvernement la main sur le coeur, Christian Estrosi s'est fait réélire ce matin président du Conseil Général, la veille de son élection . Un poste qui n'avait plus été cumulé avec celui de maire de Nice depuis le grand Jacquou. Et pour cause, depuis c'est devenu illégal. Sauf en cas de recours, et c'est dans cette brèche que Cri-Cri s'est engouffré pour éviter un bain de sang au sein du groupe UMP ce matin et pour se donner le temps de trouver une alternative adéquate à Eric Ciotti pour la présidence du Conseil Général.

Car la défaite d'Eric Ciotti en a réjouit plus d'un parmi les conseillers généraux UMP sortants. Certains auraient même appelé leurs petits copains du 1er canton à voter Concas histoire de s'entrouvrir la porte du bureau présidentiel. Les seuls à ne pas avoir anticipé le gadin de Ciotti c'est Estrosi et Ciotti lui-même et aucune solution de rechange n'avait été prévue. Du coup, la question n'a pu être réglée en 3 jours et une élection ce matin aurait eu toutes les chances de tourner au pugilat.

Mais quand on est dans la mouise, il y a toujours un bon vieux Picard qui traine dans le congel'. Et Cri-Cri a eu le bonheur de le vérifier. Jean-Christophe Picard, le trublion du PRG, a en effet déposé un recours contre l'élection de Christian Estrosi au prétexte de l'utilisation du sigle du PRG aux côtés du nom de Jean-Michel Galy, pourtant exclu du mouvement. Un recours qui a peu de chance d'aboutir mais qui permet à Christian Estrosi de retrouver au bout de deux jours sa réputation de super-cumulard.

Christian Estrosi n'avait jusqu'ici sans doute jamais eu envie d'embrasser quelqu'un qui le trainait devant les tribunaux. D'habitude, il remercie plutôt les gens qui lui évitent de répondre de ses actes devant la justice. des gens comme le juge Renard... mais le pire dans cette histoire c'est que le service rendu par JC Picard est tout à fait involontaire. Son intégrité est au-dessus de tout soupçon, même si son sens politique a pour le moins laissé à désirer. Lors de la déclaration de candidature de Christian Estrosi, Jean-Christophe Picard l'avait traité de Mister Bean de la politique. Cri-Cri peut aujourd'hui lui retourner le compliment...