sondageUn institut fait en ce moment réaliser des sondages dans les principales villes de France - plus précisément un baromètre rectifié toutes les semaines. Faute de commande, les résultats n'ont pas encore été affinés, ni a fortiori publiés. Mais "En bas à droite" a comme d'habitude bénéficié de quelques indiscrétions.

Et ça tombe bien parce que cela fait un moment que nous n'avions plus aucune indication, hormis des rumeurs assez contradictoires et un sondage fantaisiste. Peut-être d'ailleurs parce qu'ils ne sont plus aussi favorables à Christian Estrosi.

En effet, le candidat UMP est annoncé toujours assez largement en tête mais il s'éloignerait d'une élection au 1er tour. Son score est en baisse assez sensible et il est désormais situé entre 40 et 45%. C'est plus de 10 points de moins qu'en début de campagne, même si beaucoup de candidats aimeraient bien être à ce niveau.

Le principal bénéficiaire de ce sondage serait Patrick Allemand qui passerait la barre des 20%, alors qu'en début de campagne son score était évalué à 15%. Un signe encourageant pour le candidat de la gauche, d'autant que cette évaluation ne prend pas en compte l'épisode du débat I-Télé qui peut lui être profitable, et que l'institut annonce qu'une vague nationale favorable au PS est en train de se dessiner.

Jacques Peyrat  est toujours placé en 3ème position et sa fourchette haute est toujours un peu en-dessous de 20%. La courbe est ascendante depuis quelques semaines mais pas aussi spectaculaire que ne l'annonçait des rumeurs évoquant des indiscrétions des Renseignements Généraux (pas toujours fiables, il est vrai).

Pour Patrick Mottard, par contre, ça commence à sentir le sapin. Le score moyen du dissident de gauche est encore un poil au-dessus de la barre fatidique des 5%, mais sa fourchette basse est estimée à 4%... Un score que  Hervé Cael et le Modem ne semblent pas en mesure de dépasser pour l'instant.

A suivre...