T978595ASi Christian Estrosi dévoile sa liste au compte-gouttes ce n'est pas vraiment par gout du suspense. En l'occurrence, disons plutôt que nécessité fait loi.

Quelques centaines de personnes sont certaines de figurer sur la liste UMP créditée d'une confortable avance (quoique l'absence de sondages commandés par l'UMP, qui en est pourtant très friande, peut laisser présager que les choses ont évolué). Parmi tous ces gens, beaucoup vont être désagréablement surpris par la composition effective de la liste. Si désagréablement surpris qu'ils pourraient avoir la mauvaise idée de lancer une liste de droite dissidente par exemple.

Pour ne pas laisser se propager ce genre de mauvaises idées, il se dit que Christian Estrosi et son éminence grise, Eric Ciotti, attendront la veille de la date limite du dépôt des listes pour faire connaitre l'identité des colistiers de Denis Fabre.

La liste des recalés sera longue. Et quelques bruits circulent déjà. Nous avions évoqué l'absence probable de Dominique Estrosi, qui fut probablement la meilleure adjointe du deuxième mandat de Jacques Peyrat. Cela se confirme. Gilbert Stellardo semble lui aussi promis à la voiture-balai.

Mais la plus grosse surprise vient d'une rumeur faisant état de la disgrâce de la députée Muriel Marland-Militello, pourtant parfait soldat estrosiste. Il semble qu'elle ait défendu avec véhémence une collègue qui avait été écartée par le tandem Ciotti-Estrosi et que ça n'a pas, mais alors pas du tout plu à Cricri, qui aurait, selon un témoin "pété un plomb" et viré sans autre forme de procès l'infortunée MMM de la liste.

La collègue en question serait Dominique Estrosi.